Notre santé est précieuse, nos droits aussi !

La « Fête Internationale du Travail » est l’occasion de rappeler que le combat pour la préservation de nos droits est essentiel et permanent. Certes, nous sommes bien loin des conditions de travail de nos aïeuls du 18e siècle. Encore que… Dans un monde en mutation toujours plus rapide, dominé par des nouvelles technologies de plus en plus perfectionnées, où l’humain doit sans cesse s’adapter, nous avons besoin de protection adaptée.

Depuis mars 2020, nos vies ont complètement changé. L’économie mondiale a connu des secousses sans précédent. La crise sanitaire nous a poussé à nous adapter et à faire preuve de résilience pour continuer à vivre.

Longtemps décrié, le télétravail a fait ses preuves et permet une « continuité quasi normale » de l’activité surtout dans le secteur financier. Dans d’autres secteurs où le télétravail n’est pas possible ou dans lesquels l’activité est réduite par les mesures imposées par le Gouvernement, les entreprises souffrent. Nous leur apportons notre soutien total dans cette période chamboulée qui nous l’espérons deviendra bientôt, un mauvais souvenir.

Malgré le fait que le télétravail soit bien perçu par une grande majorité des salariés, nous constatons de plus en plus qu’il a ses limites. L’isolement, le stress provoqué par la crise et le bouleversement de l’organisation du travail, le contrôle et la reconnaissance des heures réellement travaillées, etc… ont ajouté des éléments dans une balance déjà bien chargée, rompant l’équilibre déjà fragile des travailleurs entre vie privée et vie professionnelle, et conduisant à un certain nombre d’épuisements professionnels, voire de burnout. L’une des clés pour éviter ces fléaux de notre société est la prévention. Le rôle des Délégués à la santé et la sécurité présents sur les lieux de travail est de détecter les signes avant-coureurs, de les remonter au management et de trouver une solution.

Nous nous posons aussi des questions sur l’impact de la crise sanitaire sur la santé mentale des salariés, car n’oublions pas que beaucoup ont perdu un ou plusieurs membres de la famille à cause du COVID, étaient seuls et isolés, ont perdu leur emploi, etc. Nous nous attendons à des répercussions comportementales. Pour prévenir et se préparer, nous appelons le Gouvernement à obliger les employeurs à proposer un soutien psychologique aux salariés qui en manifesteraient le besoin. La santé des salariés doit être la priorité.

Le monde du travail d’aujourd’hui et de demain aura un autre visage. C’est certain. Le travail à distance deviendra peut-être une norme. Cette nouvelle forme d’employabilité aura besoin d’un cadre et de règles encore mieux définies qu’aujourd’hui.

Une chose est certaine : sans l’adaptation, la résilience et la participation active des salariés, nous n’en serions pas là aujourd’hui.

Bravo et merci à toutes et à tous pour votre courage et votre investissement.

Nous sommes et resterons à vos côtés !

Nous vous souhaitons une très bonne Fête Internationale du Travail et une bonne santé !

Syndicalement vôtre,

Roberto Mendolia,

Président de l’ALEBA