Le télétravail des frontaliers encore prolongé jusqu’en 2022

Le télétravail des frontaliers encore prolongé jusqu’en 2022

En raison de la pandémie, l’Allemagne et le Luxembourg continuent de suspendre la limite de 19 jours de télétravail pour éviter la double imposition.

L’Allemagne et le Luxembourg continuent de suspendre la limite de 19 jours de télétravail pour éviter la double imposition.

Le Luxembourg et l’Allemagne se sont mis d’accord pour prolonger jusqu’à fin mars la règle d’exception concernant les jours de travail à domicile autorisés. C’est ce qu’a annoncé lundi le ministère allemand des Finances. Selon ce texte, compte tenu de la situation pandémique, la réglementation n’expire pas le 31 décembre 2021, mais est prolongée jusqu’au 31 mars 2022.

Pour les frontaliers, cela signifie que jusqu’à la fin de ce délai, aucune limite de jours de télétravail, qui est de 19 jours habituellement, ne s’applique. Ce qui permet d’éviter une double imposition. Les décisions analogues prises avec la France et la Belgique restent valables jusqu’à la fin de l’année.

Après la prolongation avec l’Allemagne, le Luxembourg reconduit l’accord avec la Belgique concernant les frontaliers travaillant à domicile jusqu’au 31 mars 2022, a annoncé le ministère des Finances, ce vendredi. Plus de 48 000 frontaliers venant de Belgique sont concernés par cet accord. Ce dernier sera prolongé automatiquement jusqu’au 30 juin 2022, si aucune des deux parties ne dénonce l’entente, deux semaines avant la date prévue.

Les frontaliers belges pourront donc continuer à dépasser le quota d’heures travaillées à domicile, sans pour autant être pénalisés fiscalement hors du Grand-Duché.

Enfin, à partir du 1er janvier 2022, le quota des 24 jours autorisés passera à 34, comme décidé par les deux pays, fin août.