L’ALEBA REVENDIQUE 34 JOURS DE TÉLÉTRAVAIL POUR LES FRONTALIERS ALLEMANDS

Suite à l’augmentation du plafond fiscal du télétravail entre le Luxembourg et la France de 29 à 34 jours par an, l’ALEBA exhorte les gouvernements luxembourgeois et allemand, à s’aligner sur le même nombre de jours de télétravail exonérés d’impôt pour les travailleurs frontaliers allemands au Luxembourg.

Selon le président de l’ALEBA Roberto Mendolia, les frontaliers allemands sont actuellement nettement moins bien positionnés avec le seuil de minimaliste de 19 jours pour réglementer la question de l’imposition des revenus du travail par rapport à ceux de Belgique et de France avec un seuil uniforme de 34 jours dans les deux pays.

Les décideurs politiques des pays de l’UE ainsi que la politique régionale frontalière sont maintenant appelés à agir ici afin de régulariser ce désavantage vis-à-vis des frontaliers résidants en Allemagne.

En particulier en période de protection du climat, de modèles de temps de travail favorables à la famille et de la pénurie de travailleurs qualifiés, les entreprises sont désavantagées non seulement en termes de compétitivité par rapport à d’autres sites.

C’est pourquoi, en tant que syndicat, nous demandons maintenant aux responsables politiques allemands et luxembourgeois d’agir dans ce contexte. Toute la région frontalière bénéficie d’un marché du travail économiquement fort au Luxembourg. Outre la compétitivité et l’attractivité futures du Luxembourg en tant que site économique, l’accent devrait également être mis sur l’amélioration du bien-être et de la santé des employés, ainsi que sur l’amélioration de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Vous voulez en savoir plus sur notre syndicat et nos services ? Il suffit de nous contacter à [email protected].

 

Roberto MENDOLIA – Président de l’ALEBA
Contact Presse – [email protected]