L’ALEBA appelle à un strict respect des gestes barrière

Alors qu’on assiste ces dernières semaines à une augmentation inquiétante des contaminations, suggérant une éventuelle deuxième vague, l’ALEBA, premier syndicat du Secteur financier, appelle tous les salariés du secteur à scrupuleusement respecter les règles, les processus et les cadres mis en place par les entreprises pour lutter contre l’épidémie de COVID-19.

« Nos Délégués du Personnel, et tout particulièrement nos Délégués à la Sécurité et à la Santé, ont veillé à ce que dans chaque banque, chaque compagnie d’assurance, chaque entreprise du secteur financier, les mesures sanitaires adéquates soient mises en place, afin de garantir la sécurité de tous. Il est aujourd’hui essentiel, vital même, que chacun s’y conforme, pour se protéger mais aussi protéger les autres » indique Laurent Mertz, Secrétaire Général de l’ALEBA. « Tout particulièrement, le port du masque doit être strictement respecté, dès lors qu’on se déplace dans l’entreprise, ou en dessous d’une distance de deux mètres».

Concrètement le port du masque, ou d’une protection similaire, est obligatoire au Luxembourg quand la distance de 2m ne peut pas être respectée, dans les transports publics et dans des endroits qui accueillent le public. Le masque permet de se protéger et de protéger les autres, tout comme les autres gestes barrière : hygiène des mains, ne pas porter les mains au visage, ne pas donner de poignée de main, tousser ou éternuer dans le pli du coude ou un mouchoir en papier.

Laurent Mertz rappelle que dans les entreprises la distanciation sociale doit rester la règle première « et que pour cette raison il est aujourd’hui impossible de faire revenir tous les salariés sur site. Entre 30 et 50% sont de retour, selon la taille de l’entreprise, de manière fixe ou dans un système de rotation, et il faut rester dans ces limites pour le moment, pour la sécurité de tous ».
L’ALEBA demande également aux salariés du secteur financier, « quelques soient les règles en vigueur dans leur pays de résidence », d’agir avec prudence et discernement dans leur vie privée, notamment en cette période de congés  à venir. « Les vacances sont généralement propices à du relâchement, mais cette année il faut être vigilant » indique Laurent Mertz. « Les efforts en entreprises n’ont de sens que s’ils sont continués dans la sphère privée. Il n’y a pas de vacances pour les gestes barrière ! ».

Roberto Mendolia, Président, rappelle quant à lui que «Les salariés du secteur financier ont démontré combien ils pouvaient être flexibles et résilients.  Grâce à eux, presque intégralement en télétravail depuis la mi-mars, le secteur financier n’a cessé de tourner depuis le début de la crise sanitaire. Les entreprises devront d’ailleurs s’en souvenir, quand tout cela sera derrière nous. De manière plus générale, cette nouvelle employabilité qu’est le télétravail, que nous soutenons depuis des années contre des entreprises qui souvent n’y croyaient pas, doit désormais être correctement et valablement cadrée. La Convention de 2016 est une base, mais du côté de l’ALEBA on veut aller plus loin. Les Conventions Collectives de Travail des Banques et des Compagnies d’Assurance, que nous renégocions fin d’année, sont les réceptacles idéaux pour définir et matérialiser un contexte qui devra être win-win. C’est un message très clair à l’ABBL et à l’ACA : le télétravail sera au cœur des négociations.»

Depuis plusieurs années, l’ALEBA s’est engagée dans la ces dernières années pour un meilleur équilibre VIE PRIVEE-VIE PROFESSIONNELLE, en demandant d’instituer le temps partiel en tant que droit, un meilleur respect de la législation sur le temps de travail et l’instauration d’un droit à la déconnexion, en soutenant  toutes les initiatives qui visent la nouvelle employabilité (télétravail, travail à distance, flexibilisation des horaires) et la gestion des âges en entreprise, en renforcant le droit au congé parental et au congé sans solde ou encore en institutionnalisant le don de congés pour enfants gravement malades ou pour proches aidants. « C’est aujourd’hui qu’il faut préparer ce monde de demain différent auxquels beaucoup aspirent désormais, et l’ALEBA veut être acteur incontournable du changement dans le secteur financier » clôture Roberto Mendolia, non sans rappeler la proposition de l’ALEBA de faire reconnaitre comme temps de travail la pratique d’un sport durant les heures de travail.

#PreserveYourHealth : l’ALEBA vous offre des buffs !

Protégez-vous et vos collègues avec les buffs ALEBA ! Envoyez-nous dès maintenant un email à info@aleba.lu en indiquant votre nom et prénom, nr de GSM, employeur et la quantité que vous souhaitez (pas de limite). Dès que votre commande sera prête, nous vous en informerons et vous pouvez l’enlever à l’ALEBA (pas de livraison possible, sauf commandes importantes).

Envoyez-nous ensuite vos plus belles photos avec les buffs ALEBA, et nous les partagerons sur notre page Facebook !  Récompense à la clef pour la photo qui sera la plus likée !