Des vœux sous forme de revendications

L’Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance (Aleba) a tenu ce jeudi soir sa traditionnelle cérémonie des vœux du Nouvel An lors de laquelle son président, Roberto Scolati, a évoqué l’année écoulée tout comme les perspectives concernant celle qui vient de débuter.

«L’année 2016 a été difficile à plusieurs niveaux», a-t-il indiqué, évoquant tour à tour des plans sociaux menés dans plusieurs établissements de la Place, la réforme fiscale ou encore le projet de loi 7024 qui viserait à faciliter la sous-traitance dans le secteur bancaire «et donc potentiellement sacrifier plusieurs milliers d’emplois».

Si le ministre Pierre Gramegna a tenté de rassurer ses interlocuteurs de l’Aleba sur la portée réduite de ce projet, le principal syndicat du secteur financier ne s’en est pas tout à fait laissé compter et considère qu’il faudra continuer à suivre ce dossier «de près».

Pour 2017, Roberto Scolati a évoqué la nouvelle convention collective du secteur bancaire, dont il a dit souhaiter qu’elle soit en phase avec la réalité du monde du travail et de tous les secteurs de la finance.

Et il a d’ores et déjà indiqué qu’un gel des salaires ne serait pas une option pour les syndicats, réclamant une augmentation linéaire de ces salaires de 1,5% au 1erjanvier 2017, de 1,5% à nouveau au 1er janvier 2018, et de 2% au 1er janvier 2019. Sans oublier des primes salariales et des jours de congé supplémentaires.

 

Paru le 23 janvier 2017 sur paperjam.lu