CovidCheck en entreprise – L’ALEBA défendra ses membres en cas de préjudice né à l’occasion d’une relation de travail

Suite à l’introduction de la nouvelle loi Covid du 17 juillet 2020, modifiée le 16 décembre 2021, l’ALEBA a commandé auprès d’une équipe d’avocats, une étude qui se voulait neutre et strictement basée sur le droit du travail.

Le moins que l’on puisse dire est que les conclusions de l’avis juridique interpellent, et nous obligent à réagir syndicalement : la loi votée porte bien atteinte à des droits fondamentaux et pourrait s’avérer problématique pour certains salariés.

Si nous comprenons l’importance de la vaccination, prendre en otage le droit fondamental du travail pour forcer les salariés à se faire vacciner serait démesuré et discriminatoire à l’égard de ceux ne pouvant/voulant pas se faire vacciner, discrimination que l’ALEBA ne peut accepter.

En outre, en ne permettant pas à tous les salariés de venir travailler librement, la loi pénalise les salariés détenteurs d’un pass sanitaire valide en leur faisant assumer le travail des salariés n’en n’ayant pas.

Ainsi, la loi crée des tensions inacceptables entre les salariés en raison de leurs choix de vie, ce qui n’est pas tolérable.

Enfin, la loi du 16 décembre 2021 n’est pas assez précise sur bien des points (en particulier sur la prise en charge des frais de test), abandonnant les détails aux juridictions du travail dont ce n’est pas le rôle.

Vu l’importance de ces mesures, tous les salariés, et toutes les entreprises du pays, se retrouvent une fois de plus pris entre le marteau et l’enclume.

Le résumé de l’avis juridique de ALEBA est disponible en cliquant ici.

L’ALEBA, rejointe par le NGL/SNEP, a décidé de prendre ses responsabilités de manière tout à fait neutre politiquement, et sans quelconque autre but que celui de la protection des intérêts de l’ensemble de ses membres.

Au vu de ce qui précède, l’ALEBA et le NGL/SNEP vont soutenir chacun de leurs membres respectifs qui justifierait un préjudice réel suite à la mise en place de cette loi dans le cadre de leur relation de travail.

Nous rappelons toutefois que la prise en charge juridique de nos membres reste soumise à conditions, chaque cas étant unique.

Les membres de l’ALEBA trouveront les conditions de prise en charge en cliquant ici. Les membres du NGL/SNEP recevront les conditions de prise en charge sur demande en envoyant en email à [email protected].

Nous invitons ainsi tous les employés du pays, de tous secteurs confondus, à faire front avec l’ALEBA et le NGL/SNEP, contre la maladie, non pas par des lois violant l’intégrité des citoyens et des frontaliers, mais de manière rationnelle, pensée, de bon sens, ceci respectueusement envers tout travailleur et tout employeur.

L’ALEBA et le NGL/SNEP rappellent à tous leurs membres de conserver toute preuve de préjudice, et demandent aux employeurs de favoriser le télétravail partout où c’est possible, prendre en charge le coût des tests de tous les employés obligés de se rendre sur leur lieu de travail, ainsi que de maintenir les gestes barrières au sein de l’entreprise.

Sortons ensemble de la crise, pas en divisant les salariés !

 

Contacts presse :

Roberto Mendolia, Président, ([email protected] / +352 661 952 423)

Jean–Jacques Rieff, Vice-Président, ([email protected] / +352 621 146 215)