COVID-19 : télétravail prolongé pour les frontaliers belges et français !

Les gouvernements luxembourgeois et belge ont annoncé ce lundi 24 août que le télétravail pour les frontaliers Belges était prolongé jusqu’au 31 décembre 2020. C’est une bonne nouvelle donc pour les 50.000 travailleurs frontaliers qui vont pouvoir continuer à travailler depuis leur résidence en Belgique, sans y être imposés. Pour rappel, en temps normal un travailleur frontalier Belge peut en effet prester jusqu’à 24 jours de travail par an depuis son pays de résidence, avant d’être imposé en Belgique pour ses revenus générés par son emploi au Luxembourg. Ce nouvel accord temporaire, qui fait suite à la pandémie du Coronavirus, permet donc aux salariés concernés de poursuivre le télétravail jusqu’à fin d’année sans être imposés en Belgique.

« En ce qui concerne les frontaliers Français, une prolongation similaire a été annoncée ce 26 août » indique Roberto Mendolia, tout en rappelant que pour les frontaliers allemands l’accord actuel avec l’Allemagne se prolongeait par défaut tant qu’aucun des Etats contractants n’y renonce.

« Ce télétravail longue durée vise bien entendu à protéger la santé des travailleurs, et du coté de l’ALEBA nous nous en réjouissons bien entendu, puisque la majorité des travailleurs du secteur financier travaillent depuis leur domicile » précise encore Roberto Mendolia, en rappelant que l’ALEBA supporte de manière plus générale, depuis plusieurs années, l’idée d’un jour de télétravail par semaine, pour différentes raisons dont le bien être au travail et les impacts écologiques et mobilitaires. « Pour autant, nous voulons également être solidaires avec les secteurs et les travailleurs de l’HORESCA ou du commerce de détail par exemples, car nous voyons bien que ce télétravail actuel « à forte dose » a des conséquences négatives sur ces secteurs, et il faut trouver des solutions pour éviter des drames sociaux et des pertes d’emplois massives, liés à nette diminution de la consommation en lien avec le télétravail ».