Banquiers millionnaires : communiqué de presse

RÉACTION DE L’ALEBA SUITE A LA PUBLICATION DU RAPPORT DE LA EBA SUR LES SEIZE BANQUIERS LUXEMBOURGEOIS QUI GAGNENT PLUS D’UN MILLION D’EUROS

L’Autorité Bancaire Européenne a publié hier son rapport relatif aux rémunérations dans le secteur financier en Europe (voir EBA updates on remuneration practices and high earners data for 2013 across the EU).

En ce qui concerne le Luxembourg, on y découvre qu’entre 2010 et 2013, le nombre de « banquiers millionnaires sur un an » a presque triplé, passant de 6 à 16 !  Les informations fournies par l’Autorité Bancaire Européenne sont même précises : ces 16 super-banquiers gagnent chacun, en moyenne, EUR 1.323.383 par an!

Il n’est pas question pour l’ALEBA de mettre en question les principes du système capitaliste en vigueur sur la place bancaire luxembourgeoise, consistant notamment à rémunérer davantage ceux et celles qui ont le plus de responsabilités, ou qui contribuent de manière plus importante au succès et à la pérennité d’une entreprise.
Qu’on soit d’accord ou pas, il fait vivre des milliers de salariés et leurs familles, résidants ou frontaliers.

Non, ce qui aujourd’hui est absolument insupportable et révoltant pour l’ALEBA, c’est qu’il puisse encore exister pareilles rémunérations, en décalage complet avec la réalité de la Place financière.

Car que s’y passe-t-il depuis trois ans ?

C’est simple : les restructurations, les fermetures d’établissement, les outsourcings à prix cassés, les projets de « cost cuttings », les licenciements collectifs, les plans sociaux et les conventions d’entreprises ne cessent d’augmenter.  Sans parler du quotidien d’une majorité de travailleurs : des salaires gelés, des augmentations reportées, des promotions postposées car « il n’y a plus d’argent », de même qu’une pression accrue sur le travail, sur la performance et sur la rentabilité.  Même la Convention Collective 2014-2016 en a fait les frais, avec l’exigence du patronat d’ajourner le paiement des garanties triennales et échelons d’ancienneté.

L’ALEBA dénonce dès lors fermement ces pratiques honteuses qui consistent à surpayer sans plus aucune limite quelques-uns, tout en continuant à sacrifier l’emploi et les conditions de travail par ailleurs.  L’ALEBA fustige ces rémunérations indécentes, en décalage complet avec la conjoncture défavorable si souvent décrite par l’ABBL et la réalité vécue sur le terrain par les travailleurs.

Enfin, l’ALEBA se demande si ceux qui perçoivent ces rémunérations auront le courage de se dévoiler…

(Luxembourg, le 8 septembre 2015)

 

Contacts Presse

Laurent Mertz
Secrétaire Général
47 97 27 44
laurent.mertz@kbl-bank.com

Sandra Carvalho
Head of Communications and Strategy
223 228 1
sandra.carvalho@aleba.lu