Campagne « Contribute to your future » et préparation de la CCT 2017 : L’ALEBA part à l’offensive !

Dans le contexte du renouvellement à venir de la Convention Collective de Travail des Employés de Banques, l’ALEBA a mené, du 9 mai au 17 juin, une inédite enquête d’opinion via son site Internet www.aleba.luL’ALEBA a analysé les résultats de l’enquête et donne un aperçu de son cahier de revendications et de ses grandes orientations pour le nouveau contrat collectif à venir.

Au travers l’approche novatrice de l’enquête « Contribute to your future » l’ALEBA a une fois encore montré son leadership dans le secteur financier. Jamais en effet une telle enquête n’avait été menée par une organisation syndicale auparavant. L’ALEBA tient à remercier toutes celles et tous ceux qui ont pris de leur temps pour participer à cette enquête.

Mise en place d’un groupe de travail

Depuis plusieurs mois, l’ALEBA a mis en place un groupe de travail dédié à la nouvelle convention collective. Il s’est assuré que les résultats de l’enquête sont bien au cœur des revendications de l’ALEBA, tout en correspondant parfaitement à la réalité du terrain et aux attentes des salariés du secteur. Et c’est le cas ! Les centaines de contributions reçues ont été attentivement examinées et l’ALEBA est heureuse de constater qu’elle reste toujours parfaitement en ligne avec ses membres et ses délégués, et les salariés du secteur.

Dans la pratique, une large partie des contributions va directement aller alimenter et enrichir le cahier de revendications, car du terrain remontent des choses qui font beaucoup de sens et que l’ALEBA ne peut et ne veut négliger. L’ALEBA ne souhaite toutefois pas lever le voile actuellement sur ces éléments, en gardant la primeur pour les autres organisations syndicales et, dans un second temps, pour l’ABBL.

Vers une CCT plus moderne !

D’autres points importants doivent être soulignés car ils ressortent clairement et très souvent de l’enquête réalisée par l’ALEBA : le contrat collectif doit être davantage en ligne avec la réalité des activités bancaires, mais aussi et surtout des besoins nouveaux des salariés. Le groupe de travail a par exemple bien noté de légitimes frustrations dans les réponses : des salariés sont perdus dans une convention collective qui comporte trop de zones grises et qu’ils ne comprennent plus. Concrètement, les listes de fonctions et les job descriptions, ou les groupes, doivent, par exemple, pour l’ALEBA, être fondamentalement revus. Il faut tenir compte de l’évolution des métiers et de la complexité des tâches ! Il ne peut plus être question qu’une fonction de « dactylo » continue à exister dans la convention ! Ou un métier de « manipulateur de titre », alors que cette activité est presque complètement dématérialisée ! Pour l’ALEBA, il faut revoir et repenser certains éléments.

Nos revendications

L’indispensable et nécessaire augmentation des salaires et de la prime de conjoncture, l’ajout de nouveaux jours de congés extraordinaires comme des « jours pour enfant malade », ou encore une attention toute particulière pour la promotion et la fidélisation des jeunes salariés, sont, par exemples, des éléments très importants pour l’ALEBA, qui considère que le burn-out doit également avoir sa place dans la nouvelle convention. La promotion et la fidélisation des jeunes salariés sont également à l’ordre du jour, dans une CCT que l’ALEBA imagine simplifiée et modernisée, intégrer également la flexibilité et la polyvalence dans ses textes.

Préparation des négociations en cours

La préparation d’un cahier de revendications est en cours, via huit « piliers » : groupes de fonction, salaires, prime de conjoncture, congés extraordinaires, volets sociaux, indemnisations de départ, maintien dans l’emploi et avantages extra-légaux. Chaque pilier fait l’objet d’une réflexion approfondie, de manière à ce que les propositions que l’ALEBA défendra devant l’ABBL soient toujours réalistes et justes.

L’ALEBA, premier syndicat du secteur financier, veut signer un nouveau contrat collectif qui tienne compte de l’évolution du secteur financier, mais qui reste réellement attractif pour les salariés. L’ALEBA veut une convention innovante, tant sur le fond que sur la forme, avec un accent particulier sur les volets sociaux de même que sur les mesures visant le maintien de et dans l’emploi. Il doit également être tenu compte des évolutions sociétales : la main d’œuvre dans le secteur financier est largement internationale, les exigences des employeurs ont changé, les métiers sont davantage spécialisés et complexes, les mobilités bien plus fréquentes que dans le passé, quand on commençait et qu’on terminait souvent sa carrière dans un même métier. L’ALEBA rappelle enfin que le principe d’un contrat collectif est d’être strictement appliqué sur l’entièreté d’un secteur d’activité, sans « interprétations » patronales locales, qu’on soit une banque nationale ou un géant international.

L’ALEBA s’engage à défendre une fois de plus, comme elle s’y emploie depuis 1918, les droits et les intérêts des salariés du secteur financier et plus particulièrement de ses plus de 10.000 membres, constructivement mais très fermement.

Communiqué de presse envoyé le mercredi 13 juillet 2016.