Biographie et témoignages en hommage à Félix Walisch

Le 5 septembre 2021 restera dans l’histoire de l’ALEBA comme un jour à marquer d’une pierre noire. Notre collègue et ami Félix Walisch s’en est allé. Entre notre syndicat et lui, l’histoire a duré près de quarante ans.

Félix a adhéré à l’ALEBA en décembre 1979. A cette date, il travaillait à la Bank of Credit and Commerce International (BCCI) où il a exercé la fonction de délégué. Il est entré dans notre Conseil d’administration en 1983. Après la fermeture de la banque et un passage dans une autre entreprise, il est engagé, dans le milieu des années 90 par le président de l’époque Marc Glesener.

Au début de sa carrière au sein du bureau syndical, Félix s’occupait des « Eurobanques », c’est-à-dire des établissements financiers comptant peu de salariés. Il était surtout connu pour son habileté à négocier les plans sociaux. L’histoire raconte que lors des négociations d’un plan social dans une banque suisse présente à Luxembourg, il avait demandé l’autorisation de manifester devant le siège de la maison-mère à Genève. En revenant à la table des négociations, il l’évoque et le lendemain, il obtenait ce qu’il voulait.

Notre collègue ne lâchait rien lorsqu’il s’agissait de défendre les intérêts des salariés de la place financière. Discret, toujours calme durant les négociations, il savait parler et écouter les délégués qui avaient besoin de ses précieux conseils. Homme de conviction, mentor de certains d’entre nous, il avait le syndicalisme dans ses gènes et a sauvé la situation de milliers de personnes durant toutes ces années.

Il était également un spécialiste des banques allemandes au Grand-Duché où il était très apprécié.

Félix incarne l’ALEBA. Son départ laisse un vide immense mais il restera à jamais un pilier de notre organisation et un exemple à suivre pour tous ceux qui s’engagent chaque jour aux côtés des salariés de nos banques et entreprises d’assurance.

En son honneur, la grande salle de conférence de l’ALEBA est rebaptisée « Salle Félix Walisch ».

  

  

Voici le témoignage du Président de l’ALEBA, Roberto Mendolia

« J’avais 30 ans en 2003 la première fois que je l’ai rencontré. Il ne lui a pas fallu longtemps pour me convaincre de devenir Délégué du Personnel. Son discours était si simple, si calme, si posé…bien loin de tout ce syndicalisme radical et violent dont certains en font leur cheval de bataille. Lui venait avec le dialogue social, du nom de la même loi. Aussi simple que cela.

Dans l’adversité des combats que je devais mener ensuite contre de redoutable adversaires, il a toujours été derrière moi, mon bouclier invisible. Il finissait souvent ses journées en m’appelant, et nous discutions des heures et des heures.

Vint aussi le premier plan social dans lequel je l’ai vu œuvrer : une fois qu’il se levait et prenait la parole, personne n’osait l’interrompre, il était le maître des lieux, tout aussi calme, posé, incisif, direct, sûr… impressionnant de charisme, il mettait tout le monde d’accord. Il n’aura jamais laissé personne indifférent !

Un jour, je lui ai demandé de m’apprendre le métier. Il m’a répondu : « calme-toi d’abord. Je ne pourrai jamais rien t’apprendre si tu parles avant de penser, ou si tu te sens obligé de répondre à toutes les attaques contre toi ». Il m’aura ainsi calmé lorsque l’émotion me dominait. Il m’aura appris le silence, la patience…avec le cœur qui va avec. Car il faut le cœur pour exercer ce métier.

Au cœur, dont il m’a appris à ne surtout jamais m’écarter, il m’a montré le chemin de la détermination, de la persévérance, de la loyauté et du respect envers tous, amis comme ennemis. Beaucoup se reconnaîtront ici, car je n’étais pas son seul élève. Il était véritablement notre Père Spirituel.

C’est à travers l’ALEBA qu’il faisait passer ces vraies valeurs universelles, les vrais messages de vies à tous ceux qui ont eu la chance d’un jour croiser sa route. Pour nous tous jeunes Délégués, il était non seulement la parole de l’ALEBA, mais il en était aussi le visage. Pour nous l’ALEBA c’était Félix, et Félix c’était l’ALEBA.

Il nous a aussi appris à être des leaders. Mais pas les leaders que vous croyez. Non. Il nous a montré le chemin pour enfin diriger nos propres vies. Commençons par d’abord devenir le leader de soi-même avant de pouvoir leader les autres, et enfin être capables de transmettre nous aussi ces valeurs universelles. Il a ainsi inhibé nos peurs pour en faire notre force.

Probablement parce que Félix a estimé que j’étais enfin prêt, je lui dois mon arrivée à la Direction de l’ALEBA. Depuis le jour où je lui ai annoncé que j’acceptais ce rôle, il n’a cessé de me répéter « semper sursum ». Toujours debout, toujours fidèle, toujours plus haut, toujours meilleur. Qui arrête son développement commence sa mort. 

Semper sursum est et restera la devise de l’ALEBA Félix, à nous de faire vivre les valeurs que tu nous as transmises, de faire vivre et grandir l’ALEBA pour les transmettre encore et toujours au plus grand nombre, en ta mémoire, en la mémoire de tout qui lutte pour la vraie cause syndicale, pour le vrai bien-être de tous ».

Nous avons aussi receuilli quelques témoignages de nos délégués proches de Félix :

Jochem Hagen (VP Bank) 

J’ai commencé ma vie professionnelle à Luxembourg le 1er janvier 1991. Je me suis syndiqué à l’OGBL dès 1992 parce qu’une collègue m’a recruté à cette époque. Le plus gros problème que j’avais avec l’OGBL était que presque toute la communication se faisait en français, alors je suis passé à l’ALEBA en 1993, grâce à l’aide de Félix.  Déjà même à cette époque, il m’a appris les bases de la vie syndicale.

Depuis 1998, dès que je suis devenu membre titulaire du comité d’entreprise, il a essayé de me contacter, (j’ai été membre suppléant de 1993 à 1998). Vers 2004, c’est également Félix qui m’a proposé d’entrer au Conseil d’administration. En 2003 Félix a remarqué que j’aidais les frontaliers luxembourgeois et allemands à remplir leurs déclarations d’impôts en tant que « hobby ». Lorsqu’il l’a su, il mettait souvent les membres de l’ALEBA en contact avec moi, afin que je les aide à remplir leurs déclarations de revenus.

Félix m’a également persuadé à plusieurs reprises de donner des conférences sur la fiscalité au nom de l’ALEBA, et d’aider à remplir les déclarations de revenus. C’est également lui qui a toujours veillé à ce que les membres du Comité d’entreprise allemand en particulier, se sentent « chez eux » à l’ALEBA. Il m’a particulièrement aidé en tant que Président du comité d’entreprise de HSBC Trinkaus lors des négociations du plan social en 2013. Et puis aussi pendant la transition, avec le bureau du Comité d’entreprise, vers mon nouvel employeur, VP Bank. Chez VP Bank, c’est également lui qui a réussi à me prodiguer de précieux conseils pour que je redevienne un véritable membre du Comité d’entreprise chez VP Bank (ce qui ne va pas de soi après une reprise partielle). Et ses conseils m’ont également permis d’être à nouveau élu Premier président de VP Bank en 2019. Félix gardait toujours sa porte ouverte et prenait le temps nécessaire quand il le fallait.

Je garderai pour toujours un très bon souvenir de Félix !

 

Ursula Koch (DZ PRIVATBANK S.A. / IPConcept (Luxemburg) S.A).

Nous connaissions Félix dans notre entreprise en tant que représentant de l’ALEBA depuis au moins 20 ans.

Il faisait toujours le lien entre le Président/Administration et les délégués, était toujours accessible pour les problèmes individuels, mais aussi pour tout ce qui concernait les questions générales du travail syndical. Ses contacts au Luxembourg et en politique ont toujours été utiles à l’ALEBA, et Félix s’est toujours engagé avec conviction et sensibilité en faveur des employés qui étaient touchés par des mesures les affectant de la part de leur employeur. 

Il convient de souligner qu’il a toujours été très préoccupé par les travailleurs frontaliers allemands, qui constituent la plus grande partie de notre personnel. Outre les traductions des textes français lors des réunions syndicales, il a toujours présenté les nouveaux délégués les uns aux autres. Cela a également conduit en 2018 à la fondation du groupe de travail des banques allemandes (AK der Betriebsräte dt. Banken), qui entretient depuis des échanges vivants et fructueux. Je pense que c’est un héritage visible de Félix et que cela continuera tant qu’il y aura des instituts germanophones.

En particulier, lors de la dernière élection, nous avons collaboré avec Félix pour réaliser la fusion judicieuse des comités d’entreprise de DZ PRIVATBANK S.A. et d’IPConcept (Luxembourg) S.A. pour le compte de notre banque. C’est là que ses contacts et sa connaissance du droit luxembourgeois nous ont été utiles.

Outre son expérience syndicale et son charisme, Félix a toujours été un philanthrope qui s’est sacrifié pour la communauté et pour les autres. Cet honorable collègue nous manquera beaucoup et nous en garderons un très cher souvenir.

 

Colette Weber (Foyer)

Je me souviendrai toujours de Félix comme formateur de l’ALEBA. Avec son enthousiasme il a toujours pu transmettre son savoir aux participants des cours.

Pendant l’heure de midi, il tenait à nous accompagner pour une petite promenade au parc municipal, pratique assez inhabituelle pendant une formation, mais néanmoins très appréciable.

Il a toujours vécu de manière très saine, il apportait son thé et souvent aussi sa propre nourriture. En dehors de cela, il voyageait toujours en train. Après les soirées ALEBA, il décidait souvent d’aller à pied à la gare pour attraper le dernier train vers l’Oesling. Félix était aussi notre coordinateur lors des dernières élections sociales. Son savoir et son expérience nous ont apporté beaucoup d’enthousiasme.

Dommage qu’il ait dû nous quitter si tôt, il va nous manquer pour longtemps.

 

Michael Zeitler (Deutsche Bank Luxembourg)

Félix était l’homme de l’ALEBA qui, pendant de nombreuses années, a ouvert la voie aux collègues de la Deutsche Bank Luxembourg S.A. pour qu’ils la rejoignent. Il a établi des contacts avec les responsables de l’ALEBA et les autres membres.

Il était la personne de contact idéale pour toutes les questions et tous les problèmes, ne cachait pas son opinion, donnait toujours de bons conseils et des recommandations, et établissait également des contacts avec d’autres personnes qui avaient des connaissances dans des sujets bien spécifiques. Il était évident qu’il possédait des connaissances très approfondies et une grande maîtrise de tous les sujets relatifs au droit du travail.

J’ai personnellement appris à connaître Félix non seulement comme le visage et la figure de proue de l’ALEBA, mais aussi comme une personne généreuse aux principes fondamentaux bien ancrés et comme un véritable ami avec qui on pouvait parler de tout.

Il nous manquera beaucoup.

 

Tamara Büsch (JPMorgan Asset Management) 

Nous avons été profondément attristés d’apprendre le décès de Félix Walisch le 5 septembre 2021. Il a toujours été pour nous une personne de contact compétente, toujours prête à nous aider.

Au cours de toutes ces années d’excellente coopération, nous avons non seulement appris à connaître Félix en tant qu’expert de longue date chez l’ALEBA, mais aussi à le connaître en tant qu’ami.

Nous nous souviendrons de lui comme d’une personne unique qui nous a soutenus avec une grande expertise, même dans les moments difficiles dus aux réductions de personnel. Sa façon de traiter les gens fut très appréciée non seulement par nous-mêmes mais aussi de la part de l’employeur.

Nous nous souviendrons toujours de Félix. Son engagement social et ses actions responsables seront toujours un modèle pour nous.

 

Jochen Micket (HCOB Securities S.A.)

Nous avons appris à connaître Félix comme une personne toujours amicale et toujours à l’écoute de nos préoccupations. En 2010 et 2012, il nous a accompagné dans nos négociations de plan sociaux et a contribué à leur succès par son calme et sa persévérance. Il a toujours gardé les intérêts des employés à l’esprit. Nous bénéficions encore aujourd’hui de son soutien et de ses recommandations !  Nous gardons un souvenir plein de reconnaissance envers Félix.

Ingo Repplinger (Hauck & Aufhäuser)

Derrière chaque succès, et aussi celui de l’ALEBA, il y a des collègues qui s’engagent, qui sont courageux et qui croient en l’affirmation commune. Félix a contribué de manière significative au succès de notre syndicat. Nous ne réussissons que pour une seule raison : parce que nous nous unissons volontairement et parce que nous agissons de manière solidaire. Pas par décret – mais par conviction. Cette conviction et ses compétences en matière de solidarité, que Félix possédait comme nul autre, ont également aidé notre Comité d’entreprise, notre société, mais aussi de nombreux collègues individuels dans les moments difficiles. Nous tenons tout particulièrement à le remercier pour son engagement dans la mise en place du « Groupe de travail des banques allemandes », un projet qui lui tenait à cœur. Tu nous manqueras beaucoup en tant que syndicaliste mais aussi en tant que personne et collègue apprécié.

 

Sabine Thömmes (European Depositary Bank SA)

Même si nous n’avons pas travaillé directement avec Félix, nous nous souviendrons toujours de son calme et de son sang-froid. Il représentait un point d’équilibre dans toutes les réunions des représentants du personnel des banques allemandes. Il va nous manquer.