Résultats de l’enquête sur la nouvelle CCT du secteur des Assurances

Du 6 juin au 6 juillet dernier, l’ALEBA a sollicité l’avis, à travers une enquête disponible sur le site web, des délégués et des salariés du secteur des Assurances sur la nouvelle CCT dont les négociations devront commencer à la fin de l’année. L’ALEBA remercie toutes celles et ceux qui se sont donnés la peine d’écrire leurs avis et doléances, mais surtout qui ont fait part de nouvelles idées constructives à intégrer dans la nouvelle convention collective.

Parmi les points les plus souvent mentionnés est sans doute le maintien et l’augmentation de la prime de conjoncture, appelée communément prime de juin. Ensuite, en deuxième place des revendications demandées vient une augmentation substantielle linéaire des salaires et une gratification annuelle vu les résultats excellents affichés par les entreprises du secteur. Et cela malgré une augmentation de la charge salariale due à une embauche, ces dernières années, de personnes hautement qualifiées en vue de respecter l’obligation légale des autorités de contrôle (Solvency II, lutte contre le blanchiment d’argent, etc).

En troisième place viennent bon nombre de demandes couvrant le volet social et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, notamment les congés, l’accès au temps partiel et la protection contre le stress et le harcèlement moral pour pallier à une augmentation journalière de la charge de travail.

L’augmentation des jours de congés pour enfant malade (« congé pour raisons familiales ») a été demandé à quelques reprises. Etant donné qu’un projet de loi visant le même objectif est en discussion, l’ALEBA ne va pas introduire cette demande dans le cahier de revendications, mais elle veillera toutefois à ce que le projet de loi réponde aux attentes des salariés.

Il ressort également de cette enquête une forte demande de réduction du temps de travail en fin de carrière et avant la retraite pour les salariés d’un certain âge. L’ALEBA va réfléchir à cette proposition et comment la mettre en place.

Une adaptation plus flexible des horaires de travail revient plus souvent que la demande de développement du télétravail. Ces deux éléments vont être approfondis par l’ALEBA, et des propositions concrètes et constructives seront également suggérées, en tenant compte de ce que la flexibilité accrue des horaires et le télétravail peuvent évidemment contribuer au bien-être des salariés, mais sont également des évolutions sociétales inéluctables dans le contexte de l’équilibre vie privée/vie professionnelle. Il devra toutefois être tenu compte de certaines contraintes (fiscales, par exemple, dans le cas du télétravail).

Certains participants ont soumis une nouvelle idée vraiment intéressante : avoir la possibilité de racheter des jours de congé qui seraient déduits du 13e mois par exemple. A explorer !

Pour conclure, le résultat de cette enquête démontre que : les salariés souhaitent maintenir au moins les acquis actuels ; la nouvelle CCT doit s’adapter aux nouvelles méthodes de travail et doit limiter les abus des employeurs sur plusieurs aspects : heures supplémentaires, embauches exagérées de stagiaires ou d’étudiants.

 

Jean-Marie (Jim) SCHNEIDER

Vice-Président et Porte-parole du secteur des Assurances