Le Luxembourg prendra en charge le chômage de ses frontaliers

La proposition de la Commission européenne a été adoptée jeudi 21 juin dernier lors du Conseil « Emploi, politique sociale, santé et consommateurs » (EPSCO) tenu à Luxembourg. Ainsi, les demandeurs d’emploi seront bientôt indemnisés par le pays du dernier emploi. Les Etats membres ont deux ans pour faire appliquer cette mesure.

Le Luxembourg n’était pas favorable à cette proposition, car selon le ministre du Travail, Nicolas Schmit, l’ADEM n’aurait pas les ressources nécessaires pour prendre en charge le suivi des 10.000 demandeurs d’emploi frontaliers en plus des 16.000 demandeurs d’emploi résidents.

Comprenant la particularité du pays dont la population active est composée de 44% de travailleurs frontaliers, le Conseil a octroyé un délai supplémentaire de transition au Luxembourg, c-à-d jusqu’à sept ans (deux ans de transition pour tous les Etats membres, plus maximum cinq ans supplémentaires).

En contrepartie, le Luxembourg prendra en charge les indemnités des chômeurs frontaliers pendant cinq mois, au lieu de trois mois actuellement, durant les deux premières années.