L’ALEBA appelle à rejeter le TTIP

Dans son discours du 1 er mai, communiqué mardi à la presse et disponible en vidéo, le président de l’ALEBA, Roberto Scolati, est revenu sur les différents sujets d’actualité.

Le premier abordé étant le discours du Premier ministre, Xavier Bettel, sur l’état de la Nation prononcé le 26 avril. Le chef du premier syndicat des employés de banque et d’assurance a assuré que les réformes du système scolaire envisagées par le gouvernement sont «absolument nécessaires» afin que «le multilinguisme et un plus haut niveau de connaissance des élèves, tellement indispensables dans le secteur financier, redeviennent une réalité». Au sujet de la réforme fiscale, Roberto Scolati déplore que les différents abattements pour «investissements et prévoyances personnels soient largement insuffisants et les mesures d’impôts négatifs inexistantes», pour qu’ils puissent être «efficaces» et soient «une réelle plus-value pour les personnes et les ménages les plus démunis».

Les accords de libre-échange CETA et TTIP n’ont pas laissé l’ALEBA indifférente. Le président du syndicat appelle le président de la Chambre des députés et les députés à tenir compte «de l’avis défavorable de la population luxembourgeoise envers ces accords et de refuser leur ratification». La convention collective des banques arrivant à échéance à la fin de l’année, les négociations entre les syndicats et l’ABBL vont commencer au cours du 4 e trimestre. Afin de présenter un catalogue de revendications qui reflète «l’attente des salariés», l’ALEBA lancera lundi prochain sur son site une enquête à laquelle les salariés et les membres pourront participer.

A. F.

Paru le 4 mai 2016 dans Le Quotidien